LAAWAN : Association de musique et de culture
image011Bienvenue sur le site de l'association Laawan, c'est aussi une association culturelle spécialisée dans le domaine de la musique et de la culture africaine.

LAAWAN :  fusion des cultures urbaines aux rythmes africains.

QUI SOMMES NOUS?
 
image011
 
LAAWAN : Assocition de Musique et de Culture
ASSOCIATION LAAWAN LOI 1901...
Laawan est une association culturelle, spécialisée dans le domaine de la musique et du spectacle. Nos activités sont orientées vers l’accompagnement dans la réalisation d’oeuvres phonographiques et de  supports promotionnels. Nous disposons d'un catalogue d'artistes de talent pour vos événements, concerts, soirées à thème. L'association propose également des ateliers d’initiation aux contenus multimédia.

ACTIVITES DE L'ASSOCIATION :

MUSIQUE : Sonorités africaines et musiques actuelles...
Nous proposons un panel varié d'artistes  avec une grande expérience scènique. La rencontre des mélodies africaines et des rythmes urbains font la richesse et l'originalité de la musique Laawan.

SPECTACLE : Concerts, contes africains, soirées à thème...
Organisation et production de spectacles vivants avec les artistes affiliés.
Les musiques, biographies, vidéos, photos et actualités de nos artistes sont disponibles sur notre site internet : ARTISTES LAAWAN

MUTIMEDIA : Ateliers d'initiation à la production numérique...
- Musique assistée par ordinateur (Mao)
- Publication assistée par ordinateur (Pao)
- Réalisation et montage vidéo
- Conception intégration de pages web
 

 QUELLES SONT NOS MOTIVATIONS ?

Dans les années 90, le mouvement « Ragga-Hip-hop », d’origine jamaïquaine et américaine, avait beaucoup marqué une grande partie de la jeunesse africaine. Plus tard, vers les années 1995, on a vu apparaître de jeunes groupes de rap et raga africain sur la scène internationale tels que : PBS, DAARA J, DJOLOFF, KAMIT, RAGE, PEE FROISS et des milliers d'autres artistes. Aujourd’hui la plupart de ces groupes ont disparu de la scène musicale certains d’entre eux voient leurs activités baisser considérablement.

Toutefois, il existe quelques rares groupes qui s’accrochent avec beaucoup de difficultés mais finissent souvent par tomber dans la précarité. La plupart des jeunes artistes africains vivent dans la galère et nombreux d’entre eux, condamnés à l’exode, se retrouvent en occident sans titre de séjour. Pendant ce temps, plusieurs artistes hip-hop des USA sont devenus des stars internationales et gagnent considérablement leur vie sur le mouvement culturel qu’ils ont su imposer avec le temps. Fort de ce constat, il est impérieux, pour les artistes africains de la nouvelle génération, de créer leur propre projet culturel, au risque de devenir et demeurer l’ombre d’un mouvement culturel modelé par l’extérieur. Il ne saurait question, pour nous, d’exclure les cultures venant d’ailleurs, mais il nous parait important et légitime de valoriser notre culture à l’échelle du continent et même à l’extérieur, de peur de la voir disparaître face à la puissance médiatique et aux multiples subventions dont bénéficient les projets culturels occidentaux.

Chaque artiste à ses propres spécificités, sa personnalité, son identité culturelle, ses vibrations intimes et sa sensibilité individuelle. Le souci commun est de produire une musique qui est la plus proche possible de notre réalité culturelle afin d’éviter que notre communauté nous tourne le dos, soit parce qu’elle ne s’identifie pas à ce genre musical, soit qu’elle assimile notre produit à une simple copie d’un modèle extérieur.

Le «Afro-Beat», le « Mbalax », le«Zugulu» le «Yeela» etc... ont fait leur preuve d’intégration et de continuité culturelles de nos musiques traditionnelles. Il existe, en Afrique comme du reste à l’extérieur, de jeunes artistes africains très talentueux mais qui sont tous dispersés. Le projet « Laawan » a pour mission de mobiliser toutes ces énergies en voie de disparition autour d’un projet dynamique et novatrice qui s’inscrit dans la marche vers le progrès.

Ainsi, le « Laawan » est un projet culturel panafricain qui agit dans le domaine artistique plus spécifiquement dans la musique. Il s’adresse en priorité à la jeunesse et à la nouvelle génération d’artistes qui veut développer un concept musical à l’identité africaine. Nous avons l'audace d'espérer que cette initiative sera une réussite dans le futur et que les jeunes artistes africains pourront vivre de leur musique malgré le piratage et la voracité de certains producteurs.
ORIGINE DU LAAWAN
 

LAAWAN C’EST QUOI ? D’OU VIENT-IL ?

A l’origine, le « Laawan » était une expression orale, un don divin exclusivement possédé par les griots qui se le transmettaient de génération en génération. C’était un élément propre à la culture orale de l'Afrique traditionnelle.

En Afrique de l’Ouest, les griots sont les garants de la tradition orale et les gardiens de l’histoire des peuples, un savoir et un savoir-faire qu’ils transmettaient de générations en générations sous forme vocale ou instrumentale. Ils sont les maîtres de l’oralité africaine.

C’est à ce titre que le sage de l’Afrique, Amadou Hampâté Bâ, écrivait : « les griots sont une caste comprenant des musiciens, des chanteurs et aussi des savants généalogistes, itinérants ou attachés à certaines familles dont ils chantent et célèbrent l’histoire ».

« Laawan » est un mot « wolof » qui est la langue nationale la plus parlée au Sénégal. C’est une forme d’expression orale proche du « Tassou », un genre de rap ternaire cadencé par des mots rythmés et saccadés. Il est aussi assez proche du « Taalif » qui est une poésie comparable au « Slam » et qui se joue en général sous l’arbre à palabre.

Né d’une rencontre pour un spectacle entre le Maître percussionniste sénégalais, Doudou Ndiaye Rose et des jeunes sénégalais du groupe « Djoloff », pratiquant l’afro-hip-hop, le « Laawan » signe sa renaissance. Puis, progressivement, il se positionne dans un nouveau genre musical.
Il a pour ambition de devenir la référence pour le nouveau son du hip-hop africain.
Ainsi, le « laawan » pourrait être considéré, à l’origine, comme la fusion du son urbain de « Djoloff » et des percussions traditionnelles de Doudou Ndiaye Rose.
Mais avec le temps, il trouva ses propres marques en se distinguant des mouvements musicaux d’aujourd’hui, de par sa fusion culturelle, de par l’originalité de son rythme et de par la profondeur de ses messages.
Pour conclure, le « laawan » peut être considéré comme la résultante d’un style musical propre à l'identité africaine et d’une manière spécifique d'exprimer un sentiment de continuité culturelle.
Pour toutes ces raisons, l’association « laawan » a été crée dans le but de promouvoir cette nouvelle musique.

 

 
 OBJETIF
 

 

L’association « Laawan » a pour objet :
- de promouvoir, de favoriser et de développer les activités culturelles et artistiques de ses membres, notamment d’aider et de soutenir l’émergence d’identités musicales nouvelles ;
- d’accompagner les artistes dans la création, la production et la diffusion d’oeuvres phonographiques ;
- de défendre les intérêts matériels et moraux de ses membres et de favoriser l’entraide entre ceux-ci.
 
ADMISSION :
Toute demande d’adhésion à l'association « laawan » devra nécessairement être agréé par le bureau qui peut statuer à l’occasion de chacune de ses réunions. L’association est ouverte aux personnes qui ont une grande motivation et des idées novatrices pour promouvoir ce genre musical.
Peuvent également y adhérer, les personnes qui veulent contribuer au développement de notre association.
 
COMPOSITION :
 
L'association comporte :
- des membres d'honneur ;
- des membres bienfaiteurs ;
- des membres actifs ou adhérents.
Sont membres d'honneur, les personnes qui ont rendu des services importants à l'association et reconnus comme tels par le bureau; ils sont dispensés de cotisations.
Sont membres bienfaiteurs, les personnes qui versent un droit d'entrée de 300 euros et une cotisation annuelle de 50 euros.
Sont membres actifs les personnes qui auront versé une somme de 10 euros par mois.
POUR DEVENIR MEMBRE CONTACTEZ NOUS PAR MAIL 

Sous-catégories